Á lire: Le jour et la nuit

Le jour et la nuit. Idées reçues sur le folklore et l’animation néo-louvanistes.

 

Une ville universitaire telle que Louvain-la-Neuve sans son folklore estudiantin, c’est comme… un manouche sans guitare, comme un martien sans soucoupe, comme un pâté sans sa croûte… Et pourtant, l’animation étudiante traîne derrière elle des conserves d’idées reçues, véhiculées par tous les non-initiés à son univers. C’est ainsi que deux initiés aux rites estudiantins, devenus entre-temps alumni, Pierre Maroye et Thibault Helleputte, ont pris l’initiative de publier le folder Le jour et la nuit, où ils déconstruisent avec humour, impertinence et sérieux les grands préjugés pesant sur ce folklore. De cette manière, les deux acolytes démontrent efficacement le sens et l’utilité de pratiques telles que les guindailles en cercle, les baptêmes, les corona… afin de pousser les novices à participer aux animations estudiantines, afin aussi de réconcilier un peu les habitants, auxquels est en partie destiné le papier, avec leur jeune voisinage parfois gênant. Car « les habitants ont aussi un rôle dans la pérennité des ordres étudiants ». Ce folklore si mal perçu de derrière les vitres est, en fait, aux dires des auteurs relayés tout de même par quelques autorités académiques de pointe, « une merveilleuse école de la citoyenneté » inculquant les notions de respect et d’épanouissement et cultivant des valeurs telles que l’amitié, la camaraderie ou l’ouverture d’esprit. De même, l’ autodérision estudiantine sur laquelle repose en grande partie le tant redouté baptême permet en réalité de briser bien des barrières sociales, psychologiques…. En outre, et les auteurs insistent sur ce point, les acteurs de l’animation estudiantine acquièrent un sérieux bagage pour leur C.V. puisqu’ils ont, avant l’heure, des acquis en terme de gestion du temps et des priorités, en terme de communication et de prise d’initiatives. Une étude révèlerait même une corrélation entre la consommation d’alcool pendant les études et la réussite sociale… Et puis, les liens sociaux et amicaux tissés via le folklore transcendent de loin les études ! Alors, vous aussi vous pensez que « le folklore, c’est dépassé ? », que « les cercles et les régionales sont des usines à alcooliques ? ». Lisez ceci et, qui sait, peut-être serez-vous baptisé, encerclé ou calotté d’ici la fin de l’année… Le pâté, en fin de compte, c’est quand même meilleur avec la croûte, non ?

Add a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *

five × one =