Acte II : Négociations à la Poste et ailleurs…

 

Dans l’acte I rédigé par Joseph Lemaire nous terminions en disant : « Malgré la fermeture, le combat ne s’arrête pas! ». Et c’est exactement ce qui s’est passé. Le combat n’est pas fini ; mieux, il progresse!

Les mouvements citoyens ici en Belgique comme ailleurs ont souvent réussis à faire prendre conscience de certaines choses. À Louvain-la-Neuve, dès la mi-août, c’est un mouvement fort et important qui s’est mis en place face à une Poste inflexible. Important, le mouvement l’était par sa diversité: des habitants, des étudiants, une ville et une université. Fort, il l’était par son nombre: 12 000 habitants, 10 000 travailleurs, 20 000 étudiants. Et ces derniers ne comptent pas pour le moins dans la récente décision de reprise de contact opérée par la Poste.

Laissez-moi vous rappeler les derniers évènements en date. Joseph vous avait laissé à l’opération « envoi de carte postale au Premier Ministre ». Voici donc la suite, mais pas la fin.

Acte II : 4 scènes … politiques !

Scène 1: Une question sur la Poste ? Une revendication ?

L’occupation nuit et jour du bureau de Poste est terminée, mais la présence physique du Comité citoyen se poursuit sur la Grand Place. Une question ? Envie de nous aider ? Il suffit de s’adresser à la Poste citoyenne (ouverte de midi à 15h). Nous remercions tous ceux qui viennent nous soutenir et surtout ceux avec qui nous la tenons. Leur rôle est crucial, immense.

Scène 2: Les 4 partis démocratiques à l’AGL.

Différents responsables des partis démocratiques francophones furent invités à discuter de nos interrogations et craintes, à l’AGL. Impact médiatique aidant, tous répondirent présents. Nous sommes sortis de la réunion avec une agréable surprise: une interpellation parlementaire allait être déposée immédiatement par Madame Snoy et les autres partis démocratiques allaient s’y joindre par d’autres interpellations. Il y allait donc y avoir une interpellation commune (de la majorité et de l’opposition) du Ministre. Dans son interpellation, Madame Snoy demandait « que le gouvernement intervienne énergiquement auprès de la direction de la Poste afin de rouvrir le bureau de poste de Louvain-la-Neuve et d’instaurer un moratoire sur toutes les fermetures de bureaux de poste ».

Scène 3: Au Parlement !

Mardi 22 septembre, lendemain de rentrée académique, une délégation du comité citoyen se rend à la Chambre. Sont présents: habitants, sympathisants et, évidemment, vos représentants étudiants. Le Ministre se fait attendre, certains députés ne sont pas encore là non plus. Une fois tout le monde en scène, le travail de la commission infrastructure et entreprises publiques peut commencer. Les interpellations et questions orales se succèdent. Ensuite, Monsieur le Vice-Premier Ministre et Ministre des entreprises publiques Steven Vanackere commence ses réponses. Celles-ci semblent avoir été (et je dis « semble avoir été» pour ne pas dire « ont été ») rédigées par la direction de la poste. Insatisfaite des réponses apportées par le Ministre, Madame Snoy dépose sa motion de recommandation à l’égard du gouvernement.

Scène 4: Leçon de politique ou comment jouer une pièce de théâtre…

Le retard du Ministre n’était pas dû au hasard… Il rencontrait les députés de la majorité ! Ceux là même qui allait lui poser des questions dans la demi-heure suivante. Mr Flahaut a, selon ses dires, « manquer créer une crise de majorité »…  Le Ministre Vanackere devait dire « Je vais encourager davantage La Poste à rechercher des solutions spécifiques quand les autorités communales présentent des solutions alternatives pour vendre un service optimal et cohérent. », sans quoi Monsieur Flahaut signerait la motion de recommandation de l’opposition (présentée par Madame Snoy).  Cela nous a valu une scène mémorable où le ministre prit le bout de papier, lut la phrase et remit le papier de coté ! Tout était donc réglé avant la réunion de la commission. Trois heures de scène dans le vide. À la sortie, Mr Flahaut nous expliquait que pour lui il fallait être réaliste et pragmatique et blablabla…

Voilà donc pour l’historique. Mais que défendons-nous dans les négociations en cours?

Acte II : on veut un (vrai) bureau de Poste !

A court terme nous visons une réouverture rapide dans les anciens locaux de la Poste. Cependant, cette réouverture ne peut pas être un troisième point poste. Nous ne voulons pas d’un simple nouveau point poste car ceux-ci ne répondent pas à l’ensemble des besoins des étudiants présents sur le site d’une part, et parce que la responsabilité de la Poste en cas de perte n’est pas engagée d’autre part. Outre les services assurés par les points postes, nous revendiquons:

–          la possibilité d’envoyer des colis en dehors de l’Europe, d’envoyer et recevoir des colis de plus de 2 kilos et/ou avec un format spécial ;

–          la réouverture sans délai du Western Union afin que les étudiants étrangers puissent recevoir et ou envoyer de l’argent ;

–          la possibilité d’effectuer un changement d’adresse ;

–          la possibilité de payer par Bancontact (c’est impossible dans un point poste comme celui du Proxi) ;

–          le maintien de postiers assermentés pour gérer les opérations postales ;

–          la possibilité de faire des virements structurés au-delà de 300 euros ;

–          la sécurisation des colis (donc pas à la portée du premier venu !).

 

A plus long terme nous comptons influer sur le nouveau contrat de gestion que la Poste aura avec l’Etat belge. Nous voulons que les spécificités néo-louvanistes soient reconnues. Ces spécificités sont multiples. Ottignies-Louvain-la-Neuve est une commune bicéphale. Louvain-la-Neuve est une ville piétonne à part entière avec de nombreuses personnes âgées ou à mobilité réduite, une ville nouvelle unique en son genre, une ville qui accueille plus de 100 nationalités et plus de 15000 étudiants qui ont besoin du panel complet des services postaux. Ces spécificités sont uniques en Belgique et doivent être prises en compte dans le nouveau contrat de gestion ! D’autre part, il nous semble essentiel que la qualité des services offerts par la Poste et la satisfaction des utilisateurs soient évaluées par un tiers.

Voilà, comme vous voyez, le combat pour un bureau de poste à Louvain-la-Neuve n’est pas terminé, il continue! Ne croyez pas que cela ne va rien changer : on progresse, on progresse même bien. Enfin, dernière info: n’hésitez pas à nous rejoindre que ce soit à la Poste citoyenne (permanence tous les midis de 12 à 15 heure sur la Grand Place) ou lors de nos futures actions! L’AGL c’est nous mais c’est surtout vous, envoyez nous un mail (agl@aglouvain.be ; tmoreau@aglouvain.be) si vous êtes intéressés
ou si vous avez une question, on vous recontactera!!!

 

Thomas Moreau

Add a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *

seventeen − 14 =