Solidarité à l'égard des événements de Bruxelles

Suite aux événements de Bruxelles, les étudiants de l’UCL prennent plusieurs initiatives. La coordination avec le rectorat se fait de manière régulière, la situation est bien entendu susceptible d’évoluer rapidement. Toutes les informations sur votre campus se retrouvent ici. 

Information officielles (13h)

> Les activités extra-académiques sont annulées sur tous les sites.
> A Woluwé et Saint-Gilles, les cours sont suspendus.
> De nouvelles informations sont prévues pour 17h.

Don de sang

> Besoin de don de sang sur toute la semaine, aux antennes Croix-Rouge habituelles 
> LLN : Place de l’Université, 25
Mercredi : Déjà saturé !
Jeudi : 9h-14h30
Vendredi : 9h-14h30

> De manière plus générale, la croix-rouge est régulièrement en pénurie. Il faut pas attendre le prochain attentat pour sauver des vies. 

Bloqué sans transports en commun ? Besoin d’un logement ?

> Woluwé : les Kots-à-Projet de Woluwé offrent l’hébergement pour les personnes bloquées à Bruxelles. Pour s’inscrire, il suffit de compléter le document en ligne.
> LLN : Une initiative similaire est lancée, également centralisée en ligne. De nombreuses places sont disponibles ! 

Transports et covoiturage 

> Le site carpool est un partenaire de l’UCL, il peut être intéressant d’y faire un tour. 
> Les étudiants peuvent également s’inscrire (offre ou une demande de transport) via le document en ligne pour des trajets de/vers Bruxelles. 

 

Initiative Louvaniste pour le Pluralisme en Economie

L’ILPE n’est pas une commission de l’AGL à proprement parlé, mais celle-ci a gentiment accepté de laisser cette page sur son site web pour hébergerment, merci à elle !

Repenser l’économie au sein de notre Université… est ce possible  ?

Vous vous en souvenez, en 2008, juste avant que n’éclate la crise, minoritaires étaient les économistes qui la voyaient venir. Pourtant celle-ci a bien eu lieu : une faille des sciences économiques ? C’est ce que pensent beaucoup. Notamment les étudiants en économie eux-mêmes…

En 2011, dans la foulée d’Occupy WallStreet, les étudiants en économie à Harvard décidaient de boycotter un cours de Gregory Mankiw, pour s’opposer au biais conservateur de que celui-ci véhiculait (il est l’auteur du livre d’économie politique très répandu et utilisé en BAC1 à l’UCL). Par après, c’est à Manchester que les étudiants en économie se faisaient entendre : soutenus par de nombreux académiques ils souhaitaient dénoncer l‘inadéquation des théories enseignées avec la réalité. Dans les deux cas, l’objectif des étudiants était d’introduire une vision plus critique dans le cours, ainsi que souligner la diversité des approches possibles en sciences économiques. Le mouvement de mécontentement des étudiants en économie s’est par après propagé un peu partout dans le monde.

Qu’en est-il à l’UCL ? Ici aussi des étudiants en économie se sont élevés contre l’approche trop univoque de l’économie dans leurs programmes. Un premier mémorandum a été réalisé en 2012 par plusieurs d’entre eux pour commencer le débat avec l’école d’économie. Leur volonté était une réforme de grande ampleur du programme ainsi qu’une diversification du personnel enseignant au niveau des approches épistémologiques privilégiées par chacun d’entre eux. Conscients qu’il est impossible d’obtenir tout dès le début, ils y sont allés pas à pas. Et ce fut un succès. Suite à la pression de 20 délégués, un cours d’histoire de la pensée économique obligatoire a été intégré au bachelier, une mineure en développement durable (en économie) a été créée, le cours de « théories des organisations » a été transformé en « théorie critique des organisations et des marchés » et le cours de « sociologie clinique des organisations » en « analyse critique des organisations ». Un beau succès. Des approches innovantes ou alternatives sont toujours absentes du programme, mais cela montre que tous ensemble, on peut gagner ! A l’aube 2016, l’application de ces changements est en passe d’être finalisée.

Louise Lambert étudiante en ECON21 (2014) explique : « Pour le moment, la théorie néo-classique est enseignée de la première à la cinquième sans laisser une fenêtre pour ses critiques ou ses alternatives (hormis dans quelques rares options). L’introduction d’un cours critique dans le tronc commun serait selon moi une très grande avancée car il montre la volonté de ne pas considérer le paradigme économique actuel comme l’unique réponse, la seule explication de l’économie, ce qui a été mon ressenti lors de mon Bac.  Au vu des multiples crises actuelles qui montrent entre autre la fragilité de notre économie et les défis que nous devrons relever, il me semble primordial de former des économistes et des citoyens éveillés. Cela ne peut se faire sans passer par un enseignement critique qui explique les différentes théories économiques, leurs forces et leurs faiblesses. Vous en conviendrez, un étudiant qui n’a qu’un seul modèle en tête (reposant sur des hypothèses discutables), n’aura d’autres choix que d’appliquer ce modèle.« 

Dans cet esprit, l’AGL a donc choisi, lors de son conseil de décembre, de soutenir la proposition des délégués et du BDE. Ceci notamment pour renforcer leur pouvoir de négociation. Nous leur souhaitons bonne chance pour la suite ! 

Se bouger, ça porte ses fruits !

 

En 2012, des étudiants et des délégués en économie décident de passer à l’action et de faire des propositions de changement de programme. Comme le manque de réflexion critique est plus important en BAC, ils se mettent d’accord pour proposer un cours de « Perspectives critiques en économie et gestion » obligatoire pour tous les BAC en économie et gestion (ECGE et INGE). Pendant six mois, ils tâtent le terrain auprès de certains professeurs, du personnel administratif, de certains responsables académiques, commencent à en parler publiquement…  Fin de l’année, une note et un plan d’action sont rédigés. Ils sont proposés à l’ensemble des délégués de cours, du Bureau des Etudiants en ESPO (qui rassemble tous les délégués de la faculté) et de l’AGL, qui approuvent tous la note.

Notons que l’AGL dénonce dans son discours de rentrée académique les problèmes en économie dès 2011 (et notamment l’usage du livre de Mankiw dans tous les cours d’économie politique). Elle répètera cela les années ultérieures.

Au final, ce sont 18 délégués qui cosignent la volonté de repenser le cursus vers plus d’esprit critique, et d’introduire un cours de « perspectives critiques en économie et gestion », dont le but est 1) de parler d’épistémologie 2) de parler de l’histoire de l’économie et des théories et 3) de présenter des approches alternatives à l’économie néoclassique (telles que l’économie post-keynésienne, ou l’économie écologique, ou l’école autrichienne, ou le marxisme, etc). Le projet est ensuite négocié dans les différents organes par le délégué principal des master en économie Olivier Malay : comité de gestion des BAC ECGE-INGE, école d’économie, Louvain School of Management (LSM),…

Réunion après réunion, le projet avance. Les professeurs de la LSM sont moins crispés sur le sujet que les profs d’économie et acceptent de transformer deux cours existants : le cours de « théories des organisations » a été transformé en « théorie critique des organisations et des marchés » et le cours de « sociologie clinique des organisations » en « analyse critique des organisations ».

Les économistes quant à eux sont réticents. Le président de l’école d’économie Sébastien Van Bellegem va toutefois arriver à un compromis entre professeurs et étudiants. La mineure en approfondissement en économie va être supprimée et scindée en deux. Une mineure en développement durable (avec des apports en économie écologique, ce qui satisfait les étudiants) et une mineure en économie internationale (plutôt néoclassique). Mais aussi, le cours d’histoire de la pensée économique, jusque-là réservé aux étudiants de la mineure en approfondissement, va être intégré au master et sera donné dans une perspective critique.

Après un an de bataille, de stress et de conversations de couloir, les étudiants obtiennent donc gain de cause. Mais celui-ci n’est que partiel : d’une part, l’essentiel des cours demeure néoclassique et si certains cours permettent une « réflexion », on n’enseigne toujours pas de théories alternatives. D’autre part, la réforme ne sera pas tout à fait appliquée. La mineure en économie internationale a été sabordée car les profs n’ont pas su se mettre d’accord sur les cours. Et surtout le cours d’histoire de la pensée sera confié à Luca Pensieroso, qui est un prof qui a écrit un article en 2016 affirmant en somme qu’il n’y a pas de problème de pluralisme en sciences économiques.

Mais cela n’empêche : tout cela montre qu’avec de la motivation, un bon projet et surtout en agissant tous ensemble, on peut arriver à des résultats !

A l’heure où ces lignes sont écrites (2016), l’école de gestion a transformé les cours promis. L’école d’économie met la réforme en place pour l’année académique 2016-2017. Ça avance ! Quel sera le prochain round ? Suite au départ de Christian Arnsperger (dépité par le département) et d’Isabelle Cassiers (à l’éméritat en 2017), ce sont deux professeurs qui incarnaient une économie plus réflexive à l’UCL qui s’en vont. Seront-ils remplacés ?

L’AGL dénonce toujours l’absence de pluralisme dans son discours de rentrée académique. En 2015, les économistes ont « découvert » que celle-ci les critiquait dans son discours et une rencontre a été organisée en présence du Recteur. Les professeurs présents semblaient tomber des nues en apprenant une remise en question étudiante du cursus… alors que celle-ci existe depuis au moins 2010. Le chemin est donc encore long, mais la route est pavée de petites victoires.

>> En Annexe, la note co-signée par les 18 délégués demandant un cours critique

 

Notes de position de l'AGL

Ci-dessous, les différentes notes votées par le Conseil lors de l’année académique 2018-2019.

Ci-dessous, les différentes notes votées par le Conseil lors de l’année académique 2017-2018.

 

Ci-dessous, les différentes notes votées par le Conseil lors de l’année académique 2016-2017.

 

Ci-dessous, les différentes notes votées par le Conseil lors de l’année académique 2015-2016.

Pour retrouver les débats qui ont eu lieu à leurs égards, c’est par ici !

Ci-dessous, les différentes notes votées par le Conseil lors de l’année académique 2014-2015.

 

Ci-dessous, les différentes notes votées par le Conseil lors de l’année académique 2013-2014.

  • Motion de soutien aux réfugiés afghansapprouvée lors du Conseil AGL du 05/11/2013
  • Note sur les réfectoires, approuvée lors du Conseil AGL du 03/12/2013

 

Ci-dessous, les différentes notes votées par le Conseil lors de l’année académique 2012-2013.

 

 

Ci-dessous, les différentes notes votées par le Conseil lors de l’année académique 2011-2012.

 

  • < a href="https://aglouvain.be/site/attachments/381_Note%20sur%20les%20droits%20compl%C3%A9mentaires.pdf">Note sur les droits complémentaires

 

 

 

 

 

Ci-dessous, les différentes notes votées par le Conseil lors de l’année académique 2010-2011.

 

/site2/attachments/article/740/18-02-19Plan syndical Q2.pdf

Repasser un examen en juin

Il n’est désormais plus possible pour les étudiants hors 1ère année de repasser ou de passer les examens de janvier en juin comme deuxième session.  Ce changement n’est pas le fait du décret Marcourt mais bien un choix de l’UCL.  Qu’en penses-tu?

 

{rsform 17}

Réservation du Foyer

Procédure

Merci de lire la procédure complète de manière attentive.

  1. Avant toute chose, soyez certains d’avoir bien avoir pris connaissance du règlement général, des disponibilités, ainsi que des tarifs présentés à la page précédente.
  2. La page suivante vous mènera à un formulaire de pré-réservation. Veuillez compléter celui-ci de la manière la plus exhaustive possible. Attention, une fois validé, cette demande fait uniquement office de pré-réservation.
  3. Après analyse, vous recevrez un mail automatique de notre part. Ce dernier vous notifiera d’une approbation ou d’un refus justifié. Veuillez ne pas répondre à ce mail automatique. Pour tout renseignement, vous pourrez vous présenter aux permanences.
  4. Si vous avez reçu une réponse positive de notre part, vous pourrez vous présenter aux permanences. Afin de finaliser votre réservation, n’oubliez pas d’y présenter :

– La preuve de paiement IMPRIMEE de la réservation et de la caution (dont le montant exact vous sera précisé dans le mail) sur le numéro de compte suivant : BE30 3630 0670 9511. Attention, aucun paiement en liquide ne sera accepté !

– Votre Agenda afin de fixer une date pour l’état des lieux d’entrée et de sortie.

>>

Envois un mail à salles@aglouvain.be avec ce formulaire complété :

[Salle][Nom de l'Organisation]  [Type d'organisation (KAP, Cercle, ASBL,...)]  [Personne de contact]  [N° de GSM]  [E-mail] [Compte IBAN (pour remboursement de la caution)]  [Nom de l'activité]  [Date souhaitée, préférence 1]  [Date souhaitée, préférence 2]  [Heure d'état des lieux d'entrée souhaitée (sous réserve de la disponibilité du/de la responsable salle)] [Description exhaustive et concise de l'activité (objectifs, déroulement, public attendu, nombre de personnes, programme de l'événement). La location de la salle pourra être refusée si la description n'est pas complète.] [J'ai pris connaissance et j'accepte les tarifs annoncés ainsi que les conditions générales de location de la salle.] 


 

Les dortoirs de l'UCL sont ouverts !

Dans la conjoncture des grèves qui se préparent, l’AGL a sollicité le soutien de l’UCL, en partenariat avec le Kot-à-Projet Kot Erasmus, pour ouvrir des dortoirs !

D’habitude réservés aux Erasmus en certaines périodes, ceux-ci seront destinés à accueillir les étudiants qui ont besoin d’un logement temporaire la veille ou les jours de grève.

Quoi ? Où ? Comment ?

  • Quand ? La veille et les jours de grève : les 5, 6, 7, 20, 21, 22 et 23 janvier.
  • Comment ? En contactant le Kot Erasmus via sa page Facebook.
  • Ou ? Dans les dortoirs du Kot Erasmus : Place des Paniers, 1, Louvain-la-Neuve
  • Prix : 5 € sont nécessaires pour assurer les charges liées à l’hébergement.
  • Des douches et une connection internet sont comprises dans ce prix.
  • Attention, les draps ne sont pas fournis !
  • Horaires : ces dortoirs sont ouverts de 21h à 10h30 au matin. Entre temps, les salles d’études sont disponibles !

Quelques petites règles, évidemment :

  • La cuisine et le communautaire du Kot Erasmus ne sont pas ouverts.
  • Il est primordial de respecter le calme et la sérénité des lieux. La période est intense pour tout le monde !
  • La propreté est également de mise. Le respect des hôtes comme des invités est primordial.

 

Session de janvier 2016 : Grève des transports publics

Comment l’AGL se positionne-t-elle ? 

La CSC-Transcom et la CGSP, les deux syndicats majoritaires de la SNCB, ont annoncé une grève des rails les 6,7,21,22 et 23 janvier prochain.

5 jours de grève pendant la session des examens, la situation est critique pour les étudiants… Mais comment en est-on arrivé là ??

Une conjoncture politique déplorable…

Depuis de nombreuses années, l’AGL réclame un investissement dans les transports en commun, afin de permettre aux étudiants de bénéficier d’un service de qualité à des prix abordables. Or, ces dernières années, la situation ferroviaire s’est plutôt dégradée.

Le gouvernement a décidé de faire 2,1 milliards d’économies dans la SNCB durant sa législature (2014-2019). Et cela a des conséquences concrètes sur les usagers (augmentation de certains prix, moins de correspondances, suppression de gares, …), comme sur les travailleurs (augmentation du temps de travail jusqu’à 12h dans les cabines, suppression de postes, dégradation des conditions de travail…).

 

Le désinvestissement du gouvernement dans les services publics est donc certainement la cause majeure de la situation critique à laquelle nous devons faire face aujourd’hui. Les grèves ont été annoncées en réponse à la politique gouvernementale et aux modifications du régime de travail des cheminots avancées par la Ministre Jacqueline Galant.

Les étudiants, victimes collatérales du gouvernement

De son côté, l’AGL est consciente de toutes les complications que cette grève va causer pour les étudiants. Les BAC1 sont obligés de se présenter physiquement à tous leurs examens sous peine d’être désinscrits de l’Université. Elle s’engage à actionner autant que possible les leviers disponibles afin de trouver des solutions pour les étudiants.

 

Nous encouragerons tout d’abord avec insistance la Ministre de la Mobilité, J. Galant à entamer de réelles négociations avec les syndicats. En effet, le lundi 14 décembre, lors de la réunion de conciliation au siège HR Rail, les syndicats majoritaires ont tous deux affirmé que « toutes les options restent encore ouvertes ».

L’AGL se mobilise à son échelle

– L’AGL a pris de nombreux rendez-vous avec les autorités de l’UCL afin qu’un maximum de solutions soient trouvées pour les étudiants. A ce jour, une solution de covoiturage a été lancée par le bias de la plateforme Carpool. Une lettre ouverte a été envoyée à l’ensemble du personnel de l’UCL afin qu’il se montre solidaire des étudiants et propose son aide sur cette même plateforme.

– Un appel aux présidents des jurys a également été fait afin que ceux-ci  fassent preuve de souplesse dans l’apréciation des motifs d’absence, considérant ainsi la grève des trains comme étant une cause légitime.

– L’AGL, en collaboration avec l’UCL et le Kot Erasmus, a obtenu l’ouverture de dortoirs la veille et les jours de grève afin de permettre aux étudiants non kotteurs de loger temporairement sur le site de Louvain-la-Neuve.

– Enfin, nous pouvons également rappeler la proposition des travailleurs de la SNCB. Ma portière t’est ouverte est une initiative des cheminots pour garantir à autant d’étudiants que possible d’arriver à bon port le jour de leur examen.

Esplanade : vers une expansion infinie ?

Les étudiants et habitants veulent être concertés !

Face au plan d’expansion de l’Esplanade, la communauté estudientine est unie avec les habitants pour s’opposer à ce projet. L’appel lancé par l’AH (Association des Habitants de Louvain-la-Neuve) et l’AGL a suscité de nombreuses réactions. Si la mobilisation demeure importante, les autorités communales et universitaires continuent toutefois à faire la sourde oreille. Il est donc primordial aujourd’hui de poursuivre notre engagement en signant la pétition et en diffusant au maximum les informations qui y sont liées.

A partager donc, sans modération :

L’appel lancé par l’AGL et l’AH

La pétition en question

Le suivi organisé par les habitants de Louvain-la-Neuve


Les Jeudis Veggie, c'est parti tous les jeudis même avec un porte-monnaie mini !

C’est quoi ?

Les Jeudis Veggie est un mouvement née à Gand qui vise à réduire la consommation de viande en se donnant comme objectif de ne pas manger de viande le jeudi. A Gand, on peut même parler de culture du Jeudi Veggie dans les restaurations le jeudi ! Et à Louvain-la-Neuve, à quand le Jeudi Veggie dans nos assiettes ?

 

Mais pourquoi ?

Après tout ce que l’on entend autour de nous (amis, médias, internet, kot à projets, etc.), il nous est maintenant impossible d’ignorer que manger de la viande contribue au réchauffement climatique et à détériorer notre santé. De plus, les conditions de vie de ces bêtes vouées à l’abattage ne sont pas toujours optimales…

Donc, concrètement, qu’est-ce qui est mis en place ?

Excepté les occasionnels burgers végétariens du KPT, vous trouvez peut-être que les sandwichs végétariens sont trop chers et n’en valent pas la peine.

Et bien,TOUS LES JEUDIS DU MOIS DE NOVEMBRE, la liste de commerçants ci-dessous vous propose LE JEUDI, 2 LUNCHS VEGETARIENS A -10% :

– Pain et salade (rue des Wallons)
– Crousti (rue des Wallons)
– Bleu de toi (Grand Rue)
– Fou de vous (place des Sciences, aussi nommé la Pyramide)
– Cambridge (Grand Rue)
– Rabelais (place Rabelais)
– Outre-mer (rue Rabelais)
– Waffle factory (rue Charlemagne)
– Vango crep bar (traverse d’Esope, à coté de fac copy)

Comment je m’y prends si j’ai envie d’y participer ?

Le principe est extrêmement simple. Vous rentrez dans un lieu de restauration participante, vous regardez la carte pour vous renseigner sur cette offre, et vous payez 90% du prix habituel. Des pastilles rouges seront posées à côté des plats/sandwichs qui sont en réduction.
Et puis, si vous êtes satisfaits, ramenez 2 amis le jeudi suivant pour leur faire découvrir un super lunch VEGETARIEN !

 

L’action « Jeudis Veggie » ne se limite pas à ces commerçants. Si vous prenez votre sandwich végé dans une autre sandwicherie ou que vous faites vos tartines végé vous-même, cela compte aussi !

 

Cela fait 2 ans quasiment jour pour jour qu’était lancée la première initiative Jeudis Veggie sur Louvain-La-Neuve.

Relançons le mouvement !

L’équipe des Jeudis Veggie de l’AGL

Une toute autre université ?

 

« Aujourd’hui nous aurions pu vous adresser le même message que celui que nous faisons depuis 10 ans, mais cela n’aurait servi à rien. En effet, nos attentes vis-à-vis de l’enseignement à l’Université sont restées les mêmes : nous désirons toujours vous proposer de construire, ensemble, une ‘‘Autre Université’’ ».

C’est en ces termes que s’exprimait le président de l’AGL lors de la rentrée académique, il y a de cela 16 ans. Depuis toujours,la question de  l’idéal d’éducation trône au centre des préoccupations du mouvement étudiant et aujourd’hui des initiatives existent pour le penser ensemble. Tout autre chose et son évènement « Toute autre école » en sont un des plus beaux exemples. Ce dimanche 27 septembre, dans 14 lieux en Wallonie Bruxelles seront organisés des ateliers participatifs pour revendiquer, imaginer et faire advenir un système éducatif différent.

Il est alarmant de remarquer qu’à l’heure actuelle l’enseignement est d’avantage considéré comme un investissement marchand, une contrainte budgetaire plutôt que comme un moyen de former les citoyens critiques, conscients des enjeux de notre siècle.

« De plus, la manière d’enseigner est bien souvent standardisée » nous dit Marie, étudiante en économie. « A l’université par exemple, dans grande une majorité des cas, nous ne suivons que des cours ex catedra ou le professeur parle et l’élève écoute. C’est une pédagogie qui ne convient pas à tout le monde et qui nous rend très passif face aux matières que nous étudions ».

L’AGL et les étudiants de Louvain la Neuve seront donc présents ce dimanche pour défendre leur vison d’une toute autre école. Pour les louvanistes, rendez vous à 14h00 à la Salmigondis place des sciences pour le début des festivités. Au programme : des tables rondes, des débats, des activités pour les enfants ( petits et grands sont donc les bienvenus ), pour poser ensemble les premières pierres de notre toute autre école.

 

    https://www.youtube.com/watch?v=7zjyn3Z4mhA