Coup de gueule : WiFi or not WiFi ?

Il est devenu indispensable à notre vie de tous les jours : que ce soit dans les auditoires ou dans les kots, le WiFi se trouve partout à Louvain-la-Neuve… Même sur la Grand-Place, le réseau sans fil mis à la disposition des étudiants par l’Université est disponible ! Et dans certains kots, il n’est pas rare de pouvoir capter cinq ou six réseaux différents… Mais ce « brouillard » créé par les ondes électromagnétiques est-il dangereux ?

À ce jour, il n’y a pas d’accord de la communauté scientifique pour valider ou infirmer un éventuel danger dû au WiFi ou aux téléphones portables. De très nombreuses études paraissent ainsi chaque année, même si leur pertinence peut varier : les études financées par les constructeurs de GSM sont, on peut le comprendre, peu alarmistes. Même si elle admet que les ondes de type WiFi ou GSM peuvent légèrement augmenter la température des tissus humains, l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) ne leur trouve pas de conséquence sur la santé et s’autorise même à conclure que « compte tenu des très faibles niveaux d’exposition et des résultats des travaux de recherche obtenus à ce jour, il n’existe aucun élément scientifique probant confirmant d’éventuels effets nocifs des stations de base et des réseaux sans fil pour la santé ». (1)

Pas de quoi en cuire un œuf !

En effet, les réseaux sans fil utilisent des ondes électriques de la catégorie des micro-ondes. Néanmoins, la comparaison avec un appareil électroménager s’arrête là, les puissances électriques d’un relais WiFi (environ 0,035 W) ou d’un téléphone portable (environ 2 W) étant bien plus petites que celles d’un four micro-ondes (environ 1000 W) ! La législation européenne limite d’ailleurs la puissance des matériels WiFi à 0,2 W et celle des GSM à 2 W. Pas de quoi en cuire un œuf, contrairement à ce que racontent certaines légendes urbaines !

Dans les auditoires, champ électrique limité !

Dans nos auditoires, l’UCL affirme (2), étude indépendante à l’appui, que les champs électromagnétiques (environ 0,6 V/m) sont bien en-dessous des règlements belges (30,7 V/m) et européens (61 V/m) les plus stricts.

Je suis électro-sensible, que faire ?

Il n’y a pas de définition médicale de l’électro-sensibilité. Le problème est de démontrer que les symptômes ressentis par les patients sont bien dus à un appareil utilisant des ondes radio. Là encore, la communauté scientifique n’est pas parvenue à se mettre d’accord…

Quelques « trucs » simples permettent néanmoins de réduire l’exposition aux ondes :

  • Vous mettre d’accord avec vos cokotteurs pour couper le modem WiFi pour la nuit
  • Ne pas oublier d’éteindre votre GSM et autres appareils électriques pour la nuit et dès qu’ils ne sont pas nécessaires
  • Couper l’émetteur WiFi de votre PC lorsque vous ne l’utilisez pas
  • Remplacer votre installation WiFi par des modules CPL : ce sont des ptits boitiers que vous utilisez pour relier votre ordinateur et votre modem à une prise de courant. Internet profite ainsi des fils électriques existants pour passer d’une pièce à l’autre. Ceci peut être d’autant plus efficace que les murs en béton de certains kots ne laissent pas bien passer les ondes WiFi

La dangerosité du WiFi n’a pas été prouvée, même si certains scientifiques restent vigilants. Le danger viendra peut-être de l’accumulation des différentes ondes envoyées dans notre environnement quotidien. Mais cela reste à prouver…

(1) http://www.who.int/mediacentre/factsheets/fs304/fr/index.html

(2) http://www.uclouvain.be/167259.html

 

W = watt : unité de mesure de la puissance électrique, c’est-à-dire l’énergie dégagée par l’émetteur

V/m = volt par mètre : unité de mesure du champ électromagnétique

Add a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *

seventeen − eight =