Coup franc : À vos marques, prêts ? Photocopiez !

FAC-COPY, DUC, UNIF-COPY… Des lieux bien connus des étudiants néo-louvanistes, surtout à l’approche du blocus ! Certains sont plus fréquentés que d’autres et pourtant, ce n’est pas toujours là qu’on propose le meilleur service…

 

Où faire ses photocopies et ses impressions à un prix intéressant ? Beaucoup d’étudiants se sont déjà posé cette question un jour… Y a-t-il une différence au point de vue environnemental entre ces établissements ? Difficile à deviner… L’AGL a donc décidé de mener une enquête comparative sur les différences les plus importantes entre « les copy-services » de Louvain-la-Neuve. Les quatre principaux sont : Ciaco-Duc, Fac Diffusion (Place des Wallons), Unif-Copy et Fac-Copy, mais ces deux derniers font partie du même groupe.

Prix

Au niveau des prix des photocopies, les différences restent toutes relatives, de 3 à 4 cents selon les copy-services. Deux choses à noter cependant : les impressions sont toutes plus chères que les photocopies (5 cents) sauf pour la DUC. Celle-ci propose également une réduction de 10% pour les impressions recto-verso, une manière de récompenser ceux qui font l’effort d’économiser du papier!

Quel papier?

Peut-être que n’y avez jamais pensé, mais le choix de papier que vous faites pour vos photocopies en fin de quadri a de l’importance !  Tous les copy-services nous assurent qu’ils utilisent du papier blanc certifié FSC. Cet écolabel  garantit que le papier produit a respecté des procédures de gestion durable des forêts. En clair, on n’aura pas détruit de forêts pour vos examens et c’est déjà bien ! Seulement, on peut mieux faire encore ! Si elle parvient à ne pas détruire les forêts, la production de papier neuf reste une grosse consommatrice d’énergie. Le papier recyclé permet de réduire fortement cette empreinte. Ainsi, il ne faut que 1,1 tonne de vieux papier pour faire 1 tonne de papier recyclé alors qu’1 tonne de papier blanc nécessite 2 à 3 tonnes de bois ! De même, du papier 100% recyclé nécessite dix fois moins d’eau et deux fois moins d’énergie. C’est pour ça que Fac Diffusion et la Duc ont mis du papier recyclé dans la majorité de leurs machines. Tout le monde n’est pas obligé d’aimer le papier bruni et d’utiliser du papier recyclé mais le minimum est d’offrir aux clients le choix. Le groupe Fac-Unif-Copy refuse systématiquement (malgré les multiples demandes de l’AGL) de le faire, sous prétexte que le papier recyclé « bourre les machines ». Du papier est bien disponible depuis peu, mais uniquement sur demande chez Unif-Copy et dans une seule machine chez Fac-Copy. Il est d’ailleurs écrit dessus : « Attention ! Cette machine imprime en papier recyclé ». Cela exprime bien l’engouement sans borne que manifeste le groupe vis-à-vis des causes environnementales…

Gestion des déchets

Et le tri alors ? Chez Fac et Unif Copy, il est pour ainsi dire inexistant. Les déchets sont placés dans deux containers situés Grand-Rue où sont aussi déposés les déchets des restaurants avoisinants. Les employés nous confient qu’ils essayent de trier mais ils voient bien que c’est inutile puisque tout finit par être mélangé dans ces containers. Pourtant la Duc et Fac Diffusion arrivent à trier tout leur papier, alors comment font-ils ? Tout simplement, ils ont mis au point un système de rapatriement particulier à leur magasin qui permet d’assurer que tout le papier est recyclé ou bien utilisé comme papier brouillon. À la sortie de ce deux magasins, il y a en effet des caisses où tout le monde peut se servir de papier non utilisé ou imprimé sur une seule face. Pratique à l’approche des examens ! Et le Kap sur l’Avenir va bientôt installer des présentoirs tout neufs ! Seulement chez Fac et Unif Copy, cela semble plus problématique. Pour l’instant, les employés en donnent à la demande des clients mais cela reste marginal (et en l’absence du patron).  «Les papiers brouillons sont gardés pendant 1 semaine car le patron compte le papier gaspillé pour connaitre les pertes. On est donc obligés de les jeter par la suite », explique un employé.

Comment expliquer ces différences ?

On peut donc remarquer que certains acteurs veulent faire des efforts et le font vraiment, tandis que d’autres persistent dans un immobilisme qui ne profite pas à la planète et si peu aux clients. Alors comment expliquer ces différences ? Une partie des raisons vient peut-être du fait que la DUC est une coopérative étudiante créée dans le but d’offrir un service à l’université, tout en restant viable économiquement, bien sûr. L’optique de l’entreprise n’est pas d’engranger des bénéfices à tout prix (qui seront de toute façon réinvestis à 100% dans l’entreprise pour l’améliorer encore), mais de garantir ce service à la communauté universitaire. C’est pour ça que l’entreprise peut aussi développer une gestion plus écologique. Par exemple, quand il s’agit d’acheter du papier, la Duc fait attention, non seulement à ce qu’il soit recyclé ou certifié FSC, mais aussi qu’il vienne d’Europe et non pas de Chine et que tous les emballages de rames soient aussi recyclables. L’organisation en coopérative fait que tous les coopérateurs ont une (et une seule) voix lorsqu’il s’agit de prendre des décisions pour l’avenir de celle-ci.

 

La situation est différente pour Fac Diffusion et le groupe Fac Unif Copy. En effet, ce sont des SPRL, c’est-à-dire une société plus « classique » dont la finalité est le profit. Les bénéfices sont répartis en dividendes pour les propriétaires et en nouveaux investissements pour l’entreprise. La proportion de ceux-ci est difficile à savoir, mais il est presque sûr que la part des bénéfices réinvestis n’est pas de 100% ! Visiblement Fac Diffusion a décidé, tout de même, de se préoccuper des enjeux environnementaux et de faire des actions pour s’améliorer à ce niveau. Le Groupe Fac Unif Copy, lui, a plutôt tendance à se montrer imperméable à tous ces problèmes et à jouer l’immobilisme. Les employés se montrent souvent favorables à une évolution mais la direction elle-même se montre butée. Il est d’ailleurs assez difficile de rentrer en contact avec elle.

 

Les trois groupes ont donc des objectifs différents. Développer des projets pour, entre autre, favoriser l’écologie pour la « CIACO », être rentable tout en se souciant de l’environnement pour Fac Diffusion (leurs encres sont 100% écologiques) et assurer l’efficacité pour maximiser les profits chez « FAC COPY »…  Sans dénigrer l’un ou l’autre, il est important que chacun fasse des choix responsables pour diminuer son empreinte écologique et offrir un peu de répit à la planète !

Add a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *

ten + twenty =