Enfin un happy-end pour l'UGC?

Depuis la fermeture du complexe cinématographique UGC le 29 février 2008, Louvain-la-Neuve et ses alentours sont privés de cinéma. Mais depuis quelques mois, une lueur d’espoir anime les habitants et les étudiants. En effet, une réouverture serait dans l’air…

Pour tous les étudiants et les habitants présents à Louvain-la-Neuve depuis quelque stemps, l’UGC était un lieu de rendez-vous très prisé. Un petit ciné entre potes entre deux cours ou en soirée, un mercredi après-midi avec les petits enfants pour les mamys et les papys ou un rendez-vous galant devant un film romantique,… C’était une des grandes distractions des néo-louvanistes !

Ouvert depuis septembre 2001, il est à l’origine de la fermeture de l’ancien cinéma « Studio Agora». C’était David contre Goliath mais cette fois, ce n’est pas le plus petit qui a gagné….

Dès le début, certains regrettent le caractère authentique du petit cinéma et le prix des places pratiqué par UGC : 5€ déjà la place étudiant. Les 13 nouvelles salles sont peu fréquentées, peut-être en raison de la programmation qui privilégie surtout les blockbusters américains et les films à gros budgets. Pour les cinéphiles les plus avisés, le cinéma d’auteur ou étranger est trop peu représenté. En 7 ans d’existence, le prix des places et les produits de consommation n’ont cessé d’augmenter, ce qui obligeait beaucoup d’étudiants à réduire leur fréquentation et sélectionner les films qu’ils avaient vraiment envie de voir.

Les premières difficultés apparaissent en octobre 2007. Des problèmes de sécurité liés aux conduites de ventilation obligent le propriétaire  à fermer 11 des 13 salles pour réaliser des travaux. Le petit nombre de salles réduit les films à l’affiche et le public par la même occasion. Les salles sont vides ou presque…

Le 29 février 2008,  le groupe UGC, n’ayant toujours pas trouvé d’accord avec le groupe français Klépierre, propriétaire des lieux, décide de fermer le complexe de Louvain-la-Neuve. « Sur le plan technique, les solutions préconisées par les experts ne sont toujours pas opérationnelles », annonce le site d’UGC lors de sa fermeture. A ce moment, personne ne sait si cette fermeture sera définitive ou provisoire… C’est en tous cas une nouvelle qui ne ravit pas les nombreux abonnés à la carte « UGC Unlimited » qui doivent résilier leur abonnement ou se déplacer à Bruxelles pour continuer à en bénéficier.

Une ville universitaire sans cinéma, c’est inconcevable pour la plupart des étudiants. D’ailleurs, lors de la fermeture, on ne parlait que de ça ! Fallait-il maintenant se déplacer jusque Braine-L’Alleud ou Namur pour pouvoir profiter d’un ciné entre amis ? Ou valait-il mieux se résigner à passer des soirées DVD chez soi ou dans son kot en attendant la réouverture ? Quoi qu’il en soit, le vide culturel est énorme… Le président de l’Association des Habitants de Louvain-la-Neuve s’en plaint : « Depuis que les cinémas ont fermé leurs portes, il y a un an, toute activité a disparu dans ce quartier ».

La ville elle-même a voulu réagir en proposant de lever sa taxe sur les bâtiments inoccupés afin de trouver une solution assez rapidement. Mais c’est un échec cuisant. Les habitants et les étudiants ont eux aussi réagi en faisant circuler une pétition en mars 2009 en ligne et en version papier. Initiée par  l’association des habitants de Louvain-la-Neuve, elle exprime le ras-le-bol des néo-louvanistes qui souhaitent récupérer leur cinéma. Elle fut couronnée de succès puisque les auteurs de la pétition ont récolté 16 000 signatures !

Un groupe sur Facebook a également été créé : « Pour qu’un cinéma revienne enfin à LLN ! ». Son message est simple : « Si toi aussi tu aimerais bien à nouveau pouvoir te faire une soirée ciné entre potes sans devoir te taper des km comme Namur depuis que l’UGC a fermé ses portes, alors rejoins ce groupe pour qu’un cinoche réouvre cette année à LLN ! (et avec en bonus des prix réduits pour les étudiants !) ». A ce jour, il compte presque 5900 membres !

Cela fait donc plus plus d’un et demi que le bâtiment est laissé à l’abandon. Le colosse de verre est dépouillé de ses affiches et reste dans l’obscurité. Même l’arrogante enseigne bleue semble se ternir au fil des jours. Malgré tout, le groupe Kinépolis a fait savoir peu de temps après la fermeture du cinéma qu’il était candidat à la reprise du complexe de Louvain-la-Neuve. Jusqu’il y a peu, c’était la solution la plus plausible pour beaucoup. Mais en mai 2009, le CEO du groupe, Eddy Duquenne, a tordu le cou à la rumeur en affirmant que Kinépolis n’était pas intéressé par la reprise de l’UGC. Dès lors, la réouverture semblait s’éloigner à nouveau…

Mais quelques personnes bien déterminées continuent à rester optimistes et croire à une réouverture prochaine.Et ils ont raison. En effet, cet été, il semble que les discussions ont avancé entre le groupe UGC et le propriétaire des lieux, le groupe Klépierre. Ce dernier a d’abord contesté le rapport des pompiers autorisant la réexploitation des salles avant finalement d’accepter de négocier afin de débloquer la situation. Fin août, le groupe devait décider et discuter avec les différents candidats  des conditions de reprise du cinéma. Si on sait avec certitude que Kinépolis n’est plus dans la course, d’autres repreneurs seraient intéressés à condition bien sûr que les travaux concernant le système de désenfumage soient réalisés. Le propriétaire aurait déjà entrepris les démarches pour que la réouverture se fasse le plus rapidement possible à l’automne. Pour l’instant, rien ne bouge du côté de l’UGC mais certains murmurent que la surprise est attendue pour début 2010…

L’avenir semble donc s’éclaircir pour le temple néo-louvaniste du septième art ! Espérons que les négociations entre les différents protagonistes déboucheront sur des solutions concrètes. Les habitants et les étudiants attendent avec impatience cette réouverture depuis plus de 18 mois !

La Grand-place grouillera à nouveau de cinéphiles impatients de passer une heure ou deux dans les salles obscures. Et peu importe si les trois grandes lettres bleues n’illuminent plus fièrement les alentours et sont remplacées par d’autres… L’important est que la machine à rêves reprenne vie et que les pop-corns et autres sodas viennent à nouveau régaler les petits comme les grands !

Mais tout ceci est une autre histoire !

 

To be continued…

Add a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *

twelve + eighteen =