L'AGL dit oui à la FEF

Après 10 mois d’indépendance, l’Assemblée Générale des étudiants de Louvain (AGL), représentant 27 000  étudiants, a décidé de se ré-affilier à une organisation de représentation communautaire (ORC). Ce lundi 15 octobre, l’Unécof et la Fédération des Étudiants Francophones (FEF) étaient invités à présenter leur organisation et leurs projets aux représentants étudiants de l’UCL dans le cadre d’un débat contradictoire. Au terme de celui-ci, la FEF a été sollicitée à très large majorité des suffrages : 46 voix pour la FEF, 3 pour l’Unecof, 3 abstentions. La FEF représente 113 000 étudiants en Fédération Wallonie-Bruxelles.

Il y a dix mois, l’AGL émettait une liste de critiques concernant le mode de fonctionnement interne de la Fédération. Depuis, les réformes engagées par la FEF permettent une nouvelle dynamique de travail entre les deux institutions. Ces réformes donnent un signal clair du changement effectué pour plus de transparence et de démocratie au sein de la FEF. Ainsi,  l’élection et le programme du nouveau Bureau, les nombreux changements de statuts, la clarification des collusions possibles avec des partis politiques sont autant d’éléments objectifs des changements profonds à la FEF.
En réintégrant les rangs de la FEF, l’AGL montre sa volonté de travailler et de peser sur le débat communautaire. Les questions importantes ne manquent pas : la réforme du paysage de l’enseignement supérieur, le refinancement de l’enseignement, la situation des étudiants en médecine ou encore l’accessibilité à l’enseignement supérieur pour tous.

Elle montre également qu’elle adhère à la nouvelle thématique de campagne de la FEF : l’enseignement comme réponse de la crise.

L’AGL et la FEF tiennent d’ailleurs à rappeler que les deux institutions partagent l’essentiel de leurs positions politiques. A ce propos, Charlotte de Callataÿ, la responsable  communautaire de l’AGL, annonce : « l’AGL est extrêmement motivée de s’investir dès maintenant dans la Fédération au travers d’une délégation de 11 étudiants, qui aura à coeur d’apporter sa pierre à l’édifice du mouvement étudiant francophone ».

Du côté de la FEF, David Mendez Yepez confie : « c’est le fruit du travail entamé il y a plusieurs mois au sein de la Fédération. C’est une étape de plus dans l’unification du mouvement étudiant pour le rendre plus fort et plus représentatif ».

Add a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *

twenty − 17 =