Les 24 millions d’euro dégagés n’aideront-ils pas à résoudre le problème ?

Si, les 24 millions aideront à résoudre en partie le problème.

La FMV témoigne de l’urgence de sélectionner les étudiants pour éviter de perdre l’accréditation de l’AEEEV, au motif que la perte de l’accréditation empêcherait les diplômés d’exercer en dehors du territoire de la Fédération Wallonie-Bruxelles. En effet, l’étude de l’AEEEV rendue en 2009 pointe deux principaux problèmes :

  • d’encadrement et d’infrastructures suffisantes pour accueillir un contingent d’étudiant aussi élevé (R1/R2).
  • de petits animaux et d’animaux de compagnie pour pouvoir assurer des séances de travail pratique (R16).

Parmi les solutions préconisées par l’AEEEV, figuraient notamment :

  • At the FVM, ULg, the CVU (veterinary teaching hospital) should become increasingly responsible in controlling its facilities and staff to ensure a better mutualisation and overall efficacy
  • Funds received from CFB for basic maintenance of the FVM buildings are insufficient. Entendez, ils doivent être augmentés.
  • Larger rooms for practicals with more instructors assisting in order to maintain group size could help solve the problem.
  • The FVM is encouraged to increase the companion animal load, e.g. by gaining a higher attractiveness due to providing a better clinical environment and by further improving clinical services.

Le rapport suggère ainsi un panel de solutions. Le problème d’encadrement (R1/R2) et le manque d’animaux de compagnie (R16) pourraient être résolus par un investissement conséquent.

Prenant acte de ces constats et des recommandations de l’AEEEV, la faculté de Liège et les autorités politiques de la Communauté Française se sont mises d’accord sur un budget extraordinaire de 24 millions d’euro (18 millions de la CF et 6 millions de l’ULg) débloqués à la faveur de la FMV, afin que cette dernière “atteigne les standards de qualité les plus élevés en termes d’infrastructures, d’équipements scientifiques et de biosécurité, ainsi que d’offrir aux étudiants les outils les plus adaptés à la qualité de leur formation.”

Concrètement, cet argent servira à construire la “nouvelle Clinique vétérinaire universitaire pour animaux de compagnie, qui sera mise en service en 2018. Le bâtiment de 5000 m2 sera construit à côté de l’actuelle clinique, reconfigurée en bureaux, salles de travaux pratiques pour étudiants et laboratoires. Dans un espace parfaitement agencé et sécurisé, il comprendra de nouvelles salles de consultations, d’examens complémentaires (endoscopie, ECG, récolte de sperme, urodynamique, hémodialyse,…), de préparation à la chirurgie, un bloc opératoire moderne, des zones d’hospitalisation en soins intensifs et pour animaux contagieux, une pharmacie centralisée, une salle de chimiothérapie, de physiothérapie,… ainsi qu’une bibliothèque et des salles pour étudiants et cliniciens (vestiaires, multimédia, locaux de repos,…).

Ainsi, l’investissement des 24 millions d’euro (R16) et un refinancement global de 107,5 millions (R1+R2) participeront à résoudre les problèmes.

Add a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *

5 × 2 =