Micro-trottoir: Pour ou contre le baptême ?

Raphaël, 3e bac Histoire

« Le baptême, tant redouté par certains, indispensable pour d’autres… Ayant habité près de Louvain, j’avais tout d’abord un avis négatif de tout cela. Mais lors de ma rentrée à l’université, c’était le débat de la rentrée parmi les premières ! « Tu le fais ? Où ça ? etc. » Ayant fait les scouts, je le percevais comme une totémisation plus extrême. Le pied quoi ! Et je me suis donc inscrit, et je ne le regrette toujours pas, car je l’ai perçu comme une expérience et que cela m’a permis de faire plein de connaissances durables en dehors des cours. Le baptême m’a tellement plu que finalement, grâce à la découverte de cette ambiance, je me suis investi dans le folklore estudiantin, après avoir réussi ma première, bien évidemment. Le tout étant de savoir faire un équilibre entre guindailles et études. Moi, je vous le conseille. »

Marie, 1e bac Pharma

« Le principe du baptême est encore un peu confus pour moi. Mais pour ce que j’en sais, je suis plutôt contre. Bien que l’aspect de faire partie d’un cercle et de rencontrer beaucoup d’autres étudiants est très enrichissant, le baptême reste un gros frein dans les premiers mois de nos études! Commencer sa première année en allant guindailler presque tous les soirs, ce n’est pas très sérieux. De plus, passer des épreuves déshumanisantes et humiliantes ne me convainc pas trop ! Mais bon, si d’une part les épreuves et le temps à consacrer étaient allégés et que, d’autre part, l’étudiant peut gérer son temps d’étude et de guindaille, alors pourquoi pas ? »

Jaime, 26 ans, Alumni

« Le baptême, je suis pour! D’abord pour les liens qui se créent entre les gens qui s’identifient par leur région, leur fac ou leurs intérêts. Ces liens sont indiscutables et nécessaires pour assurer la socialisation à l’Université. Je crois qu’il faut appuyer cet aspect-là, en donnant peut-être moins d’importance à l’alcool, puisqu’on sait qu’après une activité, on ira quand même tous en boire une (ou dix… ). Ensuite, le baptême, ça aguerrit! C’est un bon défi personnel. Tu apprends à repousser tes limites et malgré des activités pas toujours reluisantes, tu peux toujours en tirer des leçons intelligentes! »

Stéphanie, 1e master Psycho

« Le baptême, je suis assez mitigée. C’est vrai que pour les personnes qui viennent de loin, ça peut fa ciliter l’intégration mais ça tourne trop autour de l’humiliation et du bourrage de gueule. On voit trop souvent des abus d’autorité, on entend trop d’insultes. Je pense que des limites sont nécessaires. Il faut laisser le choix aux bleus de pouvoir dire non. Faire la différence entre les filles et les mecs, ça me semble aussi fort important. En gros, quelques règles à respecter et un peu de bon sens de la part des comitards… « 

Add a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *

one × 3 =