Mobilisation étudiante pendant les 24h vélo de Louvain-La-Neuve, à l'approche de la fusion

Le plus gros évènement étudiant de Belgique sera, cette année et pour la première fois, le lieu d’une revendication étudiante majeure face à la fusion : avoir un « vrai » Vice-recteur aux affaires sociales et étudiantes dans la future université fusionnée.

Ces 20 et 21 octobre, les collectifs étudiants de l’Animation (GCL, Fédé, Organe) et l’Assemblée Générale des étudiants de Louvain (AGL) vont saisir l’occasion des 24h vélo de Louvain-La-Neuve pour alerter le public face aux principales menaces qu’ils perçoivent dans la fusion de l’UCL avec trois autres universités (FUNDP, FUCaM et FUSL). En premier lieu de celles-ci, le rôle, affaibli, attribué au Vice-recteur aux affaires sociales et étudiantes (VRAE).

Dans ce but, sur la scène centrale des festivités, située sur la Grand-Place, se trouvera une banderole revendicative. Un vélo portant le même message prendra également part à la course, tandis que des représentants étudiants seront présents sur la place pour informer et sensibiliser sur cette problématique. Tout ceci à destination, donc, des étudiants présents pour faire la fête, mais aussi afin de se faire entendre auprès des autorités universitaires.

Le problème soulevé par les étudiants est le suivant : alors qu’actuellement le VRAE siège dans les organes centraux de l’UCL, il est aujourd’hui prévu par les textes fondateurs de lui retirer sa voix délibérative au Conseil d’administration de l’Université fusionnée. Par ailleurs, les textes prévoient que le VRAE soit nommé par l’équipe rectorale -et donc le Recteur- ce qui est une perte de démocratie en comparaison à la situation actuelle. En effet, jusqu’à aujourd’hui, la nomination à lieu suite à une élection par les différentes composantes de l’Université, dont les étudiants.

« Son élection au sein d’un conseil représentatif de la communautaire universitaire, actuellement le Conseil académique à l’UCL, permet au Vice-recteur d’avoir une certaine indépendance par rapport à certains membres du conseil rectoral. Cette indépendance, essentielle, facilite le rôle de relais que doit jouer le Vice-recteur entre étudiants et autorités. Son appartenance au Conseil d’administration est également indispensable pour que notre université continue à jouer son rôle social dans notre société actuelle. Nous avons déjà relayé nos revendications, plusieurs fois, et ce depuis deux ans. Nous n’avons pourtant jamais eu de réponse satisfaisante et cela devient inquiétant. Nous espérons que dans la dernière ligne droite de ce processus de fusion, les autorités pourront prêter attention à l’avis étudiant. Car cette double revendication autour du Vice-recteur − un processus d’élection ouvert et un siège au Conseil d’administration − est incontournable pour avoir le soutien des étudiants dans la fusion. » commente Aurélien Hachez, président de l’AGL.

C’est la raison pour laquelle, sur la banderole, il est écrit : « La fusion peut nuire à la vie étudiante, nous voulons un vrai vice-recteur ! » Par ce message, les étudiants veulent soulever le fait qu’un Vice-recteur élu et entendu par les autorités est nécessaire pour perpétuer la vie étudiante et l’animation dans les quatre universités.

Les étudiants continueront les négociations avec les autorités, dans le but de faire entendre cette revendication parmi toutes celles qu’ils ont avancées dans le cadre de la fusion. Sinon « nous aurons le devoir de réagir » annonce le président de l’AGL.

 

L’AGL est le conseil étudiant de l’Université Catholique de Louvain. Il représente à ce titre plus de 23.000 étudiants à Louvain-la-Neuve et Louvain-en-Woluwé.

 

Contacts presse :

Julien Didier, Vice-président Institution + 32 474 39 08 17 – jdidier@aglouvain.be
Aurélien Hachez, Président  + 32 491 07 47 37 – president@aglouvain.be

Assemblée Générale des étudiants de Louvain, Rue des Wallons, 67 − 1348 Louvain-la-Neuve – +32 10 45 08 88

Add a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *

eleven − eight =