Objectif : réussite en première bac – Attentifs aux effets secondaires

LOUVAIN-LA-NEUVE, 15 avril 2011 – Ce 15 avril 2011, Jean-Claude Marcourt a annoncé, via la presse, l’éventualité de l’instauration d’un test d’aptitude non contraignant généralisé à toutes les filières. A l’occasion de ces déclarations, l’AGL tient à souligner divers éléments concernant l’entrée à l’Université et la réussite en première baccalauréat.

Premièrement, si elle salue le souci et le travail des politiques concernant l’amélioration de la réussite en bac 1, elle tient à rappeler que l’une des causes principales de ce taux d’échec est un déficit de pré-requis des étudiants. Ainsi, l’AGL souhaite pointer du doigt les inégalités dans l’enseignement secondaire, tant socio-économiques que culturelles. Elle appelle à un refinancement sans délai de celui-ci ainsi qu’à des actions concrètes afin de rendre ce système plus égalitaire.

Deuxièmement, l’AGL souhaite un enseignement de qualité et accessible à tous.. En effet, elle craint qu’un test d’aptitude non contraignant constitue une barrière psychologique pour les rhétoriciens qui abandonneraient avant même d’avoir essayé. De plus, elle redoute de voir le caractère non contraignant de ce test évoluer à l’avenir vers une obligation de réussite.

Enfin, dans l’Académie Louvain, il existe un programme « passeport pour le bac ». : il s’agit d’un test sur les pré-requis d’une matière, suivi d’une remédiation. L’AGL soutient cette méthode totalement facultative, encourageant l’étudiant à se responsabiliser sans entraver son accès à l’enseignement supérieur. Ce genre de programme montre que l’AGL est ouverte à la discussion. Par ailleurs, de nombreux étudiants changent d’orientation au cours de leur première année d’étude, signifiant par là qu’il existe des possibilités d’amélioration en ce qui concerne l’orientation des rhétoriciens. L’AGL voudrait voir s’ouvrir des discussions concernant l’orientation des étudiants en fin d’humanité.

Pour résumer, l’AGL est ouverte à la discussion, souhaitant voir la réflexion sur l’orientation et l’amélioration de la réussite se faire en concertation avec les étudiants, premiers acteurs concernés. De plus, elle se positionne pour un refinancement de l’enseignement secondaire et supérieur, nécessaire à une meilleure accessibilité et une diminution du taux d’échec.

 

Contacts presse:

  • Marie-Sarah Delefosse, Vice-Présidente Enseignement + 32 491 25 30 41 | msdelefosse@aglouvain.be
  • Aurélien Hachez, Président + 32 491 07 47 37 | president@aglouvain.be

Add a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *

twenty − one =