Pas sans les étudiants: retour sur la mobilisation

Le Conseil de l’Animation, porté par son bureau, a fait le constat du manque de dialogue global avec les autorités de la ville d’OLLN et la police. C’est pourquoi, il a exprimé ses revendications au moyen d’une pétition dont la demande principale était que les étudiants soient considérés comme des partenaires autour des quatre thématiques les concernant :

  • L’animation louvaniste sur le site de Louvain-la-Neuve,
  • La problématique de la taxe de séjour et le juste retour aux étudiants,
  • Le développement durable avec notamment l’extension de l’esplanade,
  • Et plus largement, l’évolution de la ville avec une place donnée à la communauté étudiante.

A l’action

Cette pétition a rencontré beaucoup de succès avec plus de 10.100 signatures ! Une « délégation » de 800 étudiants l’a portée silencieusement jusqu’au Conseil communal d’OLLN le 22 février dernier. Cette protestation a été accompagnée par une interpellation formelle au Conseil demandant une reprise de dialogue avec les autorités communales. Notre action et message ont été relayés dans la presse qui l’a qualifiée de « véritable tempête dans un calme plat impressionnant de dignité » (Le Soir, 23 février). Le sérieux et la force de notre mouvement a partiellement porté ses fruits puisque, suite à notre action, de nombreux contacts et entretiens ont été pris et réalisés.

Tour de piste

Le bureau de l’animation a rencontré tour à tour le nouveau commissaire de police Monsieur Lévêque, le collège communal ainsi qu’une délégation de conseillers communaux.

  • La rencontre avec Monsieur Lévêque s’est soldée par la promesse de la relance du KERN et de ses trois sous-groupes de travail. Le KERN est un groupe de travail coordonnée par la Police qui traite des questions liées à l’animation (alcool, violence, rapports avec la police).
  • La rencontre avec le bourgmestre et son collège fut le lieu propice à la discussion afin de revenir sur l’action du 22 février et d’imaginer ensemble les différentes pistes afin de retrouver la concertation perdue. Le collège a commencé par féliciter l’organisation de la manifestation tout en déplorant le manque d’information au sein du mouvement étudiant. Le collège s’est prononcé contre une réforme des institutions de la ville qui permettrait aux étudiants d’avoir plus de poids auprès des autorités.
    Néanmoins, afin de garantir à plus long terme le dialogue entre les autorités communales et les étudiants, une réunion bipartite (collège communal-étudiants) est prévue 2 fois par an. La mise en place de cette réunion sera l’occasion pour les étudiants d’avoir un dialogue construit avec les autorités mais également de faire entendre leurs revendications.
  • Réunion avec les conseilleurs communaux : nous sommes revenus sur les quatre revendications étudiantes. Les conseillers communaux sont également favorables à une reprise de dialogue mais ont refusé d’entrer en matière concernant la taxe de séjour et toute réforme des institutions de la ville.

De la suite dans les idées…

Concernant les déclarations du bourgmestre sur l’interdiction du baptême sur les voies publiques et le nouveau règlement de police, une réunion avant le 31 mars est prévue avec les représentants étudiants. Vous en serez les premiers informés !

A noter également que des contacts ont été pris avec l’Association des Habitants et que les étudiants participeront aux réunions du district du Biéreau.

De la parole à l’action

Notons que même si le dialogue a repris, nous attendons qu’il se transforme en décisions. Le bureau de l’animation restera particulièrement vigilant à la structuration dans le temps de ces nouveaux espaces de dialogues et qu’ils ne deviennent pas des espaces vides de sens.

Bref, des avancées ont certes été réalisées mais il faut rester vigilant !

Add a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *

fifteen − fourteen =