Psycho

Par ailleurs, le cas de PSP est très particulier, et me semble un très mauvais exemple pour aborder la question: -D’une part, la « suppression » des mineures se fait dans le cadre d’une refonte de tout le programme de bac, ce qui ne correspond pas à la crainte exprimée par l’AGL. -D’autre part, les mineures PSP sont très restreintes, et quelque part inéquitable vis-à-vis du reste de l’université: alors que PSP envoie dans les autres facultés plusieurs centaines de ses étudiants, la faculté n’en accepte que 25. Autrement dit, elle fait supporter 1/6 de sa formation par les autres facultés, sans contribuer (en contrepartie) à la formation des autres, ou très peu (plusieurs centaines contre 25). Supprimer la mineure pour les étudiants de PSP est, quelque part, la meilleure (ou la moins mauvaise) solution si la faculté estime ne pas être en mesure de former les étudiants d’autres facultés en nombre significatif. C’est sans doute regrettable, mais au moins cela évite la création de déséquilibres posant des problèmes aux autres facultés et cursus.

Add a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *

three × three =