Qu’est-ce qu’on peut faire, nous, étudiants de médecine vétérinaire ?

  • Ne pas perdre espoir, car il existe des solutions. En plus d’être réalistes, celles que nous prônons se veulent elles dans l’intérêt commun, pour assurer un enseignement de qualité pour tous.
  • Se tenir informer de l’évolution du dossier et réceptionner les informations de manière à en dégager le vrai du faux ou du non vérifiés.
  • S’impliquer en tenant informé votre entourage et/ou en vous engageant au sein de vos organes de représentation étudiante qui nous informent, nous organisent et nous défendent (UCL : AGL ; UNamur : AGE ; ULB : BEA – Sur l’ensemble de la Communauté française : FEF).

Le dossier commence seulement à se constituer, et déjà, ce qu’on présentait comme des problèmes sans alternatives sont déconstruits, et des débuts de solutions se créent. C’est en réfléchissant ensemble, de façon sereine et dans le respect de la démocratie étudiante, qu’une solution pourra être trouvée pour tous les étudiants.

Add a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *

7 + 20 =