Rupture et transition dans le mouvement étudiant

Le 30 mars dernier, le bureau de la FEF démissionnait pour laisser place à l’élection d’un Bureau d’Union de Transition (BUT). L’engagement de membres de Conseils Etudiants (CE) indépendants en son sein permet d’envisager une réunification du mouvement étudiant. La TaCC1 s’en félicite et rappelle que les CE qui la composent conservent leur indépendance. C’est à leurs assemblées respectives (et nouvellement élues) qu’il reviendra de décider dans les prochains mois.


Le mouvement étudiant apparaît aujourd’hui comme très largement divisé. Plus de 45.000 étudiants n’ont pas de représentation communautaire officielle. Cette situation pose de très nombreux problèmes et affaiblit considérablement le poids du mouvement étudiant, alors même que les enjeux relatifs à l’enseignement supérieur sont nombreux.

Nous pensons qu’il est de la responsabilité de tous les acteurs (CE et ORC) de chercher des solutions et des alternatives innovantes, afin de rassembler largement et de chercher à travailler ensemble en dépassant nos divergences. Nous estimons que, malgré des visions qui peuvent différer sur certains sujets, les acteurs du mouvement étudiant ont tout à gagner à travailler ensemble.


Une des pistes négociées ces dernières semaines a été une démission du bureau actuel et la réélection d’un bureau transitoire d’union chargé de terminer les réformes, de réunifier et de regagner la confiance des étudiants. La proposition était partagée par le bureau actuel de la FEF, le BEA (ULB) et les conseils étudiants indépendants réunis au sein de la TaCC.


La TaCC se félicite donc de l’élection ce samedi d’un Bureau d’Union et de Transition (BUT) pluraliste et paritaire. Celui-ci, en intégrant les membres du bureau démissionnaire et des représentants des CE où les débats ont été les plus virulents, ouvre la porte à une réunification.


« Néanmoins, tient à souligner Corinne Martin, présidente de l’AGE, cela ne signifie pas le retour immédiat, comme une contrepartie, des Conseils Etudiants indépendants. Il s’agit de créer aujourd’hui les conditions de possibilité d’une réunification future du mouvement étudiant. La démission du Bureau actuel nous semblait dès lors une condition nécessaire à cela, mais non suffisante. »


Le processus en cours ne signifie donc pas la réaffiliation des CE indépendants. Ceux-ci conservent leur indépendance, c’est à leurs assemblées respectives (et nouvellement élues) qu’il reviendra de choisir dans les prochains mois. La dynamique actuelle permet cependant d’envisager une transition positive et une cohésion plus forte au sein du mouvement étudiant. La période qui s’ouvre est donc cruciale, le BUT ayant moins de trois mois pour parvenir à rassembler et à engager la fédération dans un nouveau chapitre de son histoire.


1Composée de l’AGE (FUNDP), de l’ORE (Umons) et de l’AGL (UCL)

Add a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *

13 − 12 =