Solidarité avec les étudiants chiliens: Lettre ouverte au président chilien

L’AGL a écrit une lettre au président chilien, celle-ci a été remise en main propre par notre recteur lors d’une mission économique au Chili. Voici sa traduction française.

 

Monsieur le Président:

A l’occasion de la visite d’une délégation officielle belge, présidée par le Prince Philippe de Belgique et comprenant des autorités universitaires, nous aimerions réaffirmer, devant vous et votre peuple, la solidarité qui unit les étudiants de l’Université Catholique de Louvain et les étudiants chiliens.

Ce 18 octobre à Bruxelles, nous avons affirmé, devant Camila Vallejo, Giorgio Jackson et d’autres représentants de la Confédération des Etudiants du Chili, que « les étudiants chiliens n’ont jamais cessé d’être présents parmi les étudiants de Louvain » . En effet, cette présence remonte au XIXe siècle et compte parmi ses représentants symboliques le Père Alberto Hurtado. Témoigne également de cette présence forte le fait que, pendant les  trente dernières années du XXe siècle, 30% des bénéficiaires des bourses octroyées par l’UCL à des étudiants latino-américains aient été chiliens. En effet, la solidarité entre Belges et Chiliens n’a pas été ébranlée par les heures les plus noires de la répression. Au contraire, cette solidarité s’est renforcée et a porté ses fruits dans les luttes pour la restauration de la démocratie.

Par l’intermédiaire de notre Recteur, cette lettre ouverte vous est personnellement remise, Monsieur le Président, pour vous exprimer notre préoccupation pour que la démocratie, -qui a coûté tant de sacrifices au peuple chilien-, soit réelle et effective dans le domaine de l’éducation.

Ici, en Belgique, nous continuons à lutter pour obtenir un enseignement accessible à tous, de qualité et financé par des fonds publics. Bien qu’ancrée dans des contextes différents, la cause des étudiants chiliens est donc également la nôtre. L’éducation ne doit nullement devenir l’esclave de l’économie. Elle doit être un service public pour la formation de citoyens libres et responsables. Ceci est une juste revendication pour laquelle les peuples d’Amérique latine et du monde entier se battent. C’est pourquoi nous considérons qu’il est inacceptable que les politiques mises en place depuis la dictature de Pinochet aient mené l’enseignement chilien à devenir le deuxième le plus cher au monde, selon les calculs de l’OCDE.
Monsieur le Président, étant donné que vous avez-vous-même réalisé vos études à Bruxelles dans les années ’60, vous connaissez les bénéfices du système de financement de l’éducation belge. C’est donc devant vous qu’aujourd’hui nous réaffirmons notre solidarité avec les étudiants chiliens dans leur lutte pour la démocratisation de l’enseignement, de la même manière que nous avions été solidaires avec le peuple chilien dans son combat pour la démocratie il y a une trentaine d’années.
Il ne nous appartient pas ici d’indiquer les mesures indispensables pour atteindre cet objectif de démocratisation de l’enseignement. Pour ce faire, nous laissons la parole aux étudiants chiliens en vous priant toutefois, Monsieur le Président, d’écouter attentivement leurs exigences. Nous vous demandons, en outre, que les expressions publiques légitimes des revendications étudiantes et populaires ne trouvent pas pour seule réponse une répression policière violente, et ne fassent pas l’objet d’une criminalisation.
En vous assurant que nous resterons attentifs à l’évolution de cette situation, et en vous remerciant pour l’attention que vous accorderez à la présente, nous restons à votre disposition.
Veuillez agréer, Monsieur le Président, l’expression de nos sentiments les plus respectueux,

 

Pour l’AGL:

David Manuel Mendez Yepez
Co-Président

Add a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *

eight − seven =