Troubles d'élection chez les délégués

Tout commence en effet, le plus souvent, par un petit rappel d’un professeur, ou un bruit de couloir, ou une vocation puissante de l’un des éléments de l’auditoire. Un grondement sourd se répand, portant des mots durs, élections (mot très dur en Belgique), délégué… Et la bête est lâchée. On apprend — ou on se souvient — qu’il faut élire un délégué, qu’il faut des volontaires plus ou moins désignés. Mais avant d’en arriver là, voyons en quoi le rôle du délégué est important, passionnant… Mais aussi en quoi il consiste. Qui sait, tu es peut-être un délégué en puissance…

 

 

Recette pour faire un bon délégué

Prends donc un auditoire le plus complet possible, où se retrouve la plupart de tes condisciples. Va voir le professeur et mets-le au courant de tes intentions : demande-lui donc l’autorisation d’intervenir pendant son cours pour que vous puissiez élire votre/vos délégué(s). Il est très difficile de savoir si la cuisson sera optimale : tout dépend de l’auditoire.

Personnellement, je te conseille d’intervenir au début de la deuxième heure : ton intervention changera un peu l ’ambiance et les besoins pressants de toute nature auront été assouvis. Si certains sont partis, finalement, tant pis pour eux. Pense à introduire la matière, histoire que tous les esprits se reconcentrent bien sur ce qui se passe en face d’eux, et non en CASA, la veille.

Prépare le terrain en expliquant brièvement l’importance du rôle de délégué, tes motivations, ton expérience éventuelle. Propose ensuite à d’autres de se présenter (d’expérience, ils ne seront jamais très nombreux, mais il vaut mieux en être certain. Tu peux aussi faire une annonce à l’avance pour que chacun ait le temps d’y réfléchir, mais ça ne changera pas beaucoup). Épluche-les devant l’auditoire, pour que chacun connaisse vos motivations à tous, vos qualités, et vos défauts inexistants.

Passe maintenant au vote. Le vote à mains levées reste probablement la façon la plus simple et la plus rapide de procéder (n’oublie pas que tu
es en train d’empiéter sur le temps de parole de ton professeur) ; comptez à deux ou trois pour qu’on ne puisse pas t’accuser d’impartialité. Bien sûr, tu peux aussi organiser une élection anonyme, mais cela te demandera plus de préparation et de travail… somme toute assez inutiles.

Ensuite, il ne te reste plus qu’à comparer les résultats et à féliciter le/les gagnant(s)… Ou recevoir les bravos !

Et une fois élu ?

Ta victoire consommée — et les  boissons qui vont avec — le plus dur reste à faire : jouer ton rôle de délégué. Il faudra aussi voir si tu assumeras tout seul cette fonction, ou si tu t’adjoindras un co-délégué (de préférence le deuxième en nombre de voix ; je sais que nous sommes en Belgique, mais bon). En fait, c’est surtout la taille de l’auditoire que devrait vous aider à déterminer l’utilité, ou non, du/des codélégué(s).

Quand vous vous serez mis d’accord… Il ne vous restera plus qu’à vous signaler auprès du secrétariat de votre programme (les noms des secrétaires, heures d’ouverture et localisation des bureaux se trouvent assez aisément sur le site de l’UCL). Une fois ton nom enregistré commence la vraie vie de délégué ! Tu recevras désormais les invitations pour les Commission de Gestion de Programme, les BDE… Si tout ça est bien organisé dans ta faculté.

Et si tu as un doute, ou si tu as des questions, de quelque ordre que ce soit, n’hésite pas à contacter tes secrétaires, ou directement le responsable délégués de l’AGL, Benoît, notamment via contact.delegues@aglouvain.be.

Les avantages du délégué

Puisque tu es un intermédiaire entre les professeurs et les étudiants, tu as accès à une vue beaucoup plus large du système académique . Tu saisiras mieux le fonctionnement de certains rouages, et comprendras parfois certaines situations que d’autres étudiants, moins investis, ne saisiraient pas entièrement.

De même, tu auras plus facilement accès à tes professeurs et autres personnes illustres de cette université (dont les rédacteurs de la
Savate, personnes hautement intéressantes et humbles) : ton badge de délégué est, en quelque sorte, une garantie de sérieux — à toi de ne pas en abuser. Pense donc que tu peux simplifier la vie d’un prof en transmettant ses informations, en annonçant la disponibilité des supports de cours,
en organisant leur création, ou en synthétisant, en une personne, les remarques de cent autres : ton professeur préférera écouter ton résumé de la situation, plutôt que de recevoir mille fois les mêmes doléances.

Ensuite, en tant que délégué, tu t’inscris dans une voie dynamique et enrichissante : tu te mets volontairement en avant et peux enfin vraiment faire bouger certaines choses, à ton échelle. Il faut garder à l’esprit que tu ne changeras pas le monde, mais que tu peux améliorer ton quotidien et celui de tes voisins d’auditoire (tu sais, ceux dont on t’a dit qu’ils ne seraient plus là l’année prochaine… Alors sois sympa avec eux !)

En plus, tu feras plein de nouvelles connaissances, d’autres délégués, des responsables de tel ou tel kot ou cercle avec lequel tu veux organiser quelque chose, mais aussi les étudiants de ton propre auditoire : on méconnaît trop souvent ceux que l’on côtoie le plus souvent… Toi, délégué, tu seras amené à rencontrer presque tout le monde, un jour ou l’autre, et puis rien ne t’empêche de susciter ces rencontres par des soupers, des soirées, des activités en commun…

Enfin, tu peux faire inscrire Délégué sur ton pull de cours, et porter ton polo BDE (quand ta fac en possède un, et qu’il produit un polo ! Si ce n’est le cas… Qu’attends-tu pour agir ?), en crânant vainement dans la ville. Tu auras sans doute l’air un peu bête, mais tu pourras en être fier…

Les inconvénients de la vie du délégué

Tu reçois tout d’abord plus de mails que tes amis, d’autant plus que ton investissement sera grand : « c’est où encore le cours de Machin ? », « c’est quand l’examen de trucologie ? », « Dis, j’ai perdu mon plumier dans l’auditoire BIDU05, tu sais où je peux le retrouver ? »… Et autres. Et puis, être délégué ne t’aidera pas à draguer plus ou mieux, à moins d’efforts extrêmes, et d’un investissement sans faille. Sans ça… Ah ! Si. Il faut avoir l’air plus à l’aise que les autres en cas de problème…

 

Le Délégué de cours

Est un intermédiaire entre les étudiants et les professeurs ; son travail dépend fortement de l’investissement qu’il accorde à son mandat : établir les horaires d’examens, faire deux trois annonces en auditoires, organiser un souper ou un voyage… L’éventail est large !

 

Ce qu’il te reste à faire

Organiser l’élection du délégué de ton auditoire : parles-en aux autres pour que des candidats se présentent ; ensuite, choisis un cours où vous êtes tous présents, et demande au professeur l’autorisation de procéder à l’élection du délégué au début de la deuxième heure de cours par exemple ; présentez-vous devant votre auditoire, avec vos motivations, vos qualités, vos projets, etc. ; faites voter l’auditoire, le plus simple étant le vote à main levée. Comptabilisez les voix, et voyez qui est élu délégué/vice-délégué (s’il y a lieu d’y en avoir). Enfin, félicite le l’élu… Ou console ceux qui ne l’auraient pas été ! Sache également que le Guide du Délégué est en ligne sur le site de l’AGL : www.aglouvain.be.

À ne pas oublier…

  • Ce ne sont que les élections des
    délégués de cours, pas la peine de vous
    étriper,
  • Mêm
    e si tu perds ces élections, rien ne
    t’empêchera de t’investir dans la vie
    étudiante !
  • Reste toujours positif ; les autres seront
    pessimistes et défaitistes pour toi,
  • Souris, on te regarde 😉

Add a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *

one × 2 =