Venir étudier en Belgique, une promenade de santé ?

Le parcours de l’étudiant étranger désirant étudier en Belgique n’a rien d’un parcours de santé, il ressemblerait au contraire à celui du combattant. Mais avant de commencer, une précision s’impose, je ne parlerai pas ici des étudiants Erasmus ou de faisant parti de la communauté européenne. Je ne parlerai pas des fils d’ambassadeurs ou de consul. Je ne parlerai pas non plus des doctorants ou des chercheurs qui ont un accès moins difficile étant donné qu’ils sont en possession d’un diplôme universitaire. Je parlerai ici des étudiants qui ont fini leurs études secondaires, et ayant la volonté de suivre des études dans une université belge. Comme vous et moi donc, à une exception près, ces étudiants sont étrangers et n’ont aucun parent résidant en Belgique.

 

  1. Obtenir un visa

C’est la première démarche légale d’une longue série. L’étudiant doit introduire sa demande dans un consulat ou une ambassade belge de son pays d’origine. Jusque-là, rien de bien troublant. Si ce n’est qu’il faut s’y prendre au moins un an à l’avance pour obtenir ce précieux document qui, pour 180 €, ne donne pas forcément accès au territoire belge. En outre, l’aspirant étudiant doit fournir une série de documents qui engagent chaque fois des frais : passeport, certificat de bonne vie et mœurs, certificat médical. Si on ajoute à cela la nécessité d’avoir un garant qui s’engage à prendre en charge l’étudiant ainsi que la preuve de réservation de transport, on comprend vite qu’étudier en Belgique exige une première qualité : la patience.

 

  1. Équivalence du diplôme

Si vous n’avez pas étudié dans un lycée français ou international, il vous faut introduire une demande d’équivalence. En effet, l’État belge n’est malheureusement pas pressé de reconnaître la qualité de l’enseignement, parfois francophone, des pays extraeuropéens. La communauté française exige donc de chaque aspirant étudiant la somme de 124 €, ainsi que l’original du diplôme et le dernier bulletin de notes. En outre, tout qui n’aura pas obtenu un diplôme dans une langue non courante eu Europe, se verra obligé de faire traduire à ses frais chacun des documents.

 

  1. Logement

Après avoir, à grands frais, réussi à obtenir visa, équivalence de diplôme et billet de transport, reste encore à trouver un logement. Inutile de dire que si se loger pose problème aux étudiants belges, la difficulté est décuplée pour un étranger. Outre l’éternelle xénophobie de certains propriétaire, c’est le prix qui pose souvent problème. Heureusement, il existe quelques maisons d’accueil où poser ses bagages et loger, mais les places sont évidemment peu nombreuses et le contact avec les citoyens belges y est réduit.

 

  1. Et nous voilà à l’université

Un des grands combats de l’AGL ainsi que de la FEF est la fin des droits d’inscription prohibitifs pour les étudiants étrangers. En effet, aux 811 € demandés à chaque étudiant ne bénéficiant pas de réduction, s’ajoute une somme de 1500 € à 2000 € par année. Comprenez bien que si les universités belges ne rechignent pas à engager des chercheurs étrangers, il est hors de question pour elles de former ces derniers.

 

  1. Gagner de l’argent ?

Avec des frais aussi nombreux qu’élevés, l’étudiant étranger doit s’il le peut trouver un job. Là encore, rien n’est fait pour lui faciliter la tâche. En dehors des congés scolaires, l’étudiant doit être en possession d’un permis de travail. Ce qui signifie de nouvelles démarches administratives, mais notre étudiant, devenu un expert en la matière, devrait y arriver sans trop de problèmes.

 

  1. Un message clair pour les étudiants étrangers

La communauté française envoie un message clair aux étudiants étrangers : si vous êtes riches et patients, vous pourrez peut-être étudier en Belgique. Mais après quelques années, il vous faudra vous déraciner à nouveau. Si vous êtes pauvres, même si vous êtes plus intelligent que le Belge moyen, restez chez vous, faites des études si vous en avez les moyens et peut-être qu’alors, une université vous tendra la main.

Add a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *

2 + 11 =